Menu Fermer

Des nouvelles de l’Ecole Antoine pendant les vacances

LE CEPE, un examen indispensable pour aller au collège

“Bonjour,

On n’est pas encore en stage, mais on commencera le 16 jusqu’au 18 août.

La semaine prochaine, les instits de l’E A feront des préparations des matériels et des salles de classe pour mieux faire ces échanges. (…)

A propos des résultats du CEPE, même si les élèves ont passé des périodes difficiles en deux années scolaires successives, on a eu 81,81% de réussite. Le résultat au niveau du CISCO Tamatave a été de 66%. Les élèves qui ne sont pas admis ont presque tous des problèmes familiaux. Pour les autres classes, il y a environ 5 ou 6 élèves qui ont échoué par classe.

Mais pour l’année scolaire 2021-2022, on vous promet de mieux faire appliquer les méthodes que M Lala a donné aux instits et à moi aussi pour la place de directrice. (…)” Mail de la directrice, Clarisse début août.

Les enseignants de la Ruche (Tananarive) et de l’Ecole Antoine en stage avant la rentrée des classes

Les enseignantes et enseignants de l’école « La Ruche » sont venus pour échanger leurs compétences avec les enseignantes de l’école Antoine, de Tamatave. L’expérience très positive s’était déjà faite il y a quelques années.

Pour cela, il a fallu prendre le taxi-brousse pour faire les 350 km qui séparent les 2 plus grandes villes de Madagascar !

La route, l’une des meilleures, (ou moins mauvaises) de l’île, est dangereuse, car très fréquentée par les poids-lourds qui approvisionnent la capitale.  Comme elle n’est pas praticable à plus de 60 km/h, tant elle monte et tourne souvent brutalement, il faut donc une journée de voyage, si on si on n’est pas bloqué par une panne, un accident, des trombes d’eau, des contrôles de police tatillons…

En revanche, le paysage est très varié et agréable. C’est une partie bien arrosée de l’ile. On traverse les dernières forêts qui restent à Madagascar et quelques réserves de lémuriens.

Organisation du séjour

Les stagiaires ont mangé ensemble dans les classes où se passe la rencontre.

Pour dormir, M. Rolland nous explique qu’on a mis quelques nattes et matelas sur le sol de la salle de couture de l’Ecole Femme à Venir, à la Maison de Pierre.                                                              Et que les hommes ont dormi, comme sait faire tout bon Malgache, à même le sol.

Les filles ont eu 4 lits d’une place pour 10… Là aussi, on a l’habitude de dormir à 2 ou 3 dans un lit.

Mais l’ambiance a été très bonne, en témoigne ces quelques photos.

“Re-bonsoir
Je réponds au mail de la présidente.
Les stagiaires sont au nombre de 21, dont 19 personnels et mes deux enfants.

Nous, les garçons ou les hommes, nous sommes 12, et nous avons dormi dans la salle de couture, à même le sol. Et les filles, ou femmes, elles sont 10. Je leur ai cédé la chambre d’hôte où je loge. Je vous envoie quelques photos. Ils jouent en attendant le repas du soir. 

Bonne réception, et bonne nuit. Cordialement” Mail de  M. Rolland,  représentant de TDE à Tamatave

Fin de stage et fin des travaux.

“Les trois jours d’échanges entre l’équipe de La Ruche et l’équipe de l’EA sont terminés. Elles sont toutes satisfaites. Hier, toute la délégation de La Ruche est venue à l’EA, et on avait mangé ensemble. L’ambiance était bonne. 

Aujourd’hui, l’ancien magasin de stockage est abattu par Sébastien, Jocelyn, et Romuald. Il reste à faire le crépissage demain après que tout soit propre. Je vous envoie quelques photos. Bon après midi. Cordialement. Rolland”

On se prépare pour la rentrée, début septembre.

On en profite pour restaurer et repeindre l’extérieur de l’école ainsi que plusieurs classes, car le climat humide et les pluies de Tamatave ont dégradé fortement les murs.

L’école fait peau neuve en quelques jours de travaux pour 2000 € environ, que TDE prend en charge, par un budget supplémentaire.

Derniers coups de pinceaux.

Parfois, on nous demande : « Pourquoi faites-vous tout ça ?

Une réponse, parmi bien d’autres, se trouve dans les mots que parfois certains anciens parrainés de TDE nous adressent. Voici une lettre envoyée à ses parrains par une ancienne étudiante de Tamatave, ancienne élève de l’école Antoine.

“Cher Parrain et Marraine,

Je vous écris pour vous remercier du fond de mon cœur pour l’aide et accompagnement que vous m’aviez donner généreusement durant mes études.  Car sans votre aide, j’aurai jamais terminé mes études qui puisse me permettre d’avoir un peu d’espoir pour une vie meilleur à l’avenir et que j’espère bien un jour pouvoir à mon tour aider les autres qui étaient dans la même situation que moi.

Par rapport à mon père, vu sa maladie, et la vieillesse, c’est pas facile à vivre ni pour lui ni pour nous mais on tient le coup. Ma mère va bientôt partir à la retraite, et ma petite sœur souhaite encore continuer ses études . J’ai obtenue mon Master II en économie et management de projet en étant Major de ma promotion.

J’ai maintenant 28ans, et j’ai fondé ma propre famille, je me suis mariée et j’ai eu une petite fille qui s’appelle K…….  .                                                        Avec toute mon affection et mon éternel reconnaissance … Je vous embrasse de loin, j’espère pouvoir vous rencontrer un jour.

R……. S……. M…….”  (Août 2021)

Article rédigé par Floréal GRACIA

27/10/2021

France InterCarnet de Campagne (Philippe Bertrand)