Menu Fermer

Correspondance avec l’école Maria Goretti

Message de « Terre des enfants » Vaucluse à Sœur Marie Bernard, école Marie Goretti

Bonjour chère amie,

Peut être n’aurez vous ce message que dans quelque temps car nous comprenons bien les difficultés que vous devez rencontrer. Nous sommes heureux que vous soyez sortie vivante de cette catastrophe et nous vous remercions beaucoup de nous avoir envoyé très vite un message rassurant mais nous sommes pleins de questions au sujet de la suite….

Ici, de tous côtés, les gens veulent se mobiliser pour Haïti ; nous commençons le conteneur et les promesses de dons affluent; mais quand pourrons-nous l’envoyer? Nous nous tiendrons prêts et nous attendrons le feu vert. Vous nous direz si, sur place, il y a possibilité de le dédouaner sans risque….


Nous aurions besoin aussi de connaître vos projets au sujet de la reconstruction de l’école Maria Goretti; Il y a une association d’enseignants qui serait, avec nous, partie prenante mais qui veut des précisions et le plus de détails possibles. On a aussi des écoles qui aideraient à la reconstruction de la maison d’une famille par exemple ; là aussi, nous avons besoin de détails, de photos … Je comprends que vous êtes peut- être encore sous le choc et que ces demandes vont vous bousculer….

Je pense que les haïtiens seraient touchés de voir à quel point les gens sont marqués par ce qui est arrivé et veulent aider; nous sommes débordés d’appels et de propositions.

Merci de nous tenir au courant; nous pensons beaucoup à vous et nous tâcherons de tout faire pour vous aider le plus efficacement possible. Recevez mes amitiés ainsi que celles de mon mari et de tous les responsables de Terre des Enfants.

Roseline Salançon


Réponse de Sœur Claire Bernard à « Terre des enfants » Vaucluse

Pour la reconstruction de Maria Goretti, cela pourrait effectivement marcher avec une association d’enseignants, car je suis allée voir les lieux hier. Il faut bien sûr une expertise d’un professionnel, mais il me semble que pour les 4 classes, la toiture en zig zag (www) a tenue, mais les murs sont tombés. L’autre bâtiment des 4 autres classes et le préau-cantine, sont debout.

Je vais passer à l’Ambassade de France pour voir si les experts qui ont donné leur avis sur le Sacré Cœur (100% à raser !) pouvaient passer.
Pour le moment il s’agit de trouver des solutions provisoires, aucune construction n’est permise avant 3 mois, mais la rentrée est prévue pour mars !

Pour l’école Maria Goretti, il faudra consolider les poteaux et des cloisons, et l’autre bâtiment.Je vous tiens au courant.
Pour le Sacré-coeur, nous avons déjà fait notre plan et présentons notre demande à plusieurs instances.
Il faut en urgence des pré-fabriqués pour la résidence des soeurs et l’administration et 40 tentes pour les 40 classes que nous avions (1506 élèves !!!).

Savez-vous que c’est le container de septembre qui a sauvé le Sacré-Coeur du pillage? C’est là qu’est le dépôt de nourriture de l’école Maria Goretti. Nos garçons ont organisé les gens du quartier en « brigades de vigilance » et ont fait la distribution de nourriture, dans le lendemain même du séisme. La situation est calmée de ce côté, le dépôt est pratiquement vide et les secours d’urgence ont pris le relais.

J’aurai d’autres détails à vous fournir au fur et à mesure, les réunions-rencontres commencent à se multiplier, même si nous dormons toujours à la belle étoile comme tout le monde. Sr Jeanine et moi sommes à la maison provinciale et ne manquons de rien, si ce n’est d’espace car nous sommes 30 dans une maison prévue pour une dizaine…

Je termine, j’ai peur qu’on reprenne le courant qui est redonné depuis hier sur Pétionville. (pour Paul P il faudra 3 mois, les câbles jonchent les rues).

MERCI à tous,

Soeur Claire-Bernard


Nouvelles d’une famille de parrainés

Nous avons choisi la famille Pierre : 6 enfants, dont 2 ou 3 parrainés.
Benson Pierre, qui avait remercié puisque maintenant il commence à travailler. Marie Nicole Pierre, qui a commencé des études professionnelles. Nichie Pierre : elle aussi parrainée.

Il y avait 3 autres enfants :
Maxi, mort sous les décombres de l’université où il étudiait, il était aussi jeune professeur chez nous.
Une autre fille scolarisée en début secondaire: Marie Francoise.
Un autre garçon lui aussi d’âge scolaire: Dimitry.
La mère a perdu son travail, suite à l’effondrement du bar où elle travaillait. Le père, chauffeur, bien que très choqué, continue son service. A force de travail, ce couple avait construit sa petite maison pour les abriter tous. Elle est éventrée et inhabitable, je pense avoir des photos sous peu.

Merci de ce que vous faites et pouvez faire. D’autres nouvelles sous peu.

Soeur Claire-Bernard

Partager cet article :