Une nouvelle organisation a été mise en place au Burkina avec pour objectif de maintenir l’aide aux enfants déjà parrainés.

Les circonstances difficiles du suivi de l’action au Burkina : Arrêt du groupe de Boisseron, difficultés personnelles du responsable local Georges Kouda ont amené notre conseil d’administration à débattre et à rechercher les solutions possibles pour pérenniser l’aide existante, et notamment le suivi des parrainages des enfants déjà soutenus. Le CA a voté à l’unanimité un nouveau fonctionnement plus structuré qui permette un contrôle régulier, clair et cohérent. Monique, la présidente, s’engage à mettre en place cette structure auprès de Colette, l’épouse de Georges et Nathalie Derblum accepte de gérer le suivi des parrainages. La correspondance avec Colette Kouda permet de mettre en place une structure financière avec envoi des extraits de compte bancaire, fichiers du journal de banque et de caisse, attestation et reçus des dépenses effectuées. Les salaires de Colette qui s’engage à assurer le suivi des enfants sont payés par les apports du groupe de Lasalle.

Nathalie réorganise les parrainages, fidélise les parrains. Une mutualisation financière est mise en place afin d’assurer le soutien des plus fragiles des enfants parrainés :
Paiement de la scolarité de 25 enfants, quotte-part donnée aux familles pour leurs besoins essentiels, gratuité des consultations médicales et des médicaments en cas de maladies, distribution de PPN en fonction des besoins.

Le budget pour le Burkina se compose du budget parrainages et du budget salaires. Aucune proposition de projet de création de centre n’a pu être retenue faute de moyens financiers. La situation politique du pays restant très aléatoire et critique pour les voyageurs, les missions sur place ne sont pas d’actualité, afin de préserver la sécurité de nos responsables.

Aussi, la mise en place d’un système de contrôle financier transparent nous permet de poursuivre notre aide en toute sécurité afin de pérenniser le soutien de nos petits de là–bas, tout en s’assurant de la bonne utilisation des fonds financiers envoyés.

Monique Gracia